Warning: Missing argument 2 for wp_widget() in /homez.428/bloglama/www/wp-includes/widgets.php on line 76
Blog immobilier- La Maison de l'investisseur

Le Gouvernement prépare un dispositif fiscal dans l’investissement locatif

{lang: 'fr'}

Comme annoncé le lundi 04 Septembre par notre ministre du Logement, Cecile Duflot, le projet de loi de Finances 2013 comportera un nouveau dispositif fiscal pour l’investissement locatif en vue de remplacer le dispositif Scellier actuel prenant fin au 31 Décembre 2012.
La présentation de ce nouveau dispositif est annoncé pour le 24 Septembre prochain

Ce nouveau dispositif n’aura toutefois pas les mêmes caractéristiques que son prédécesseur. Outre qu’il aura une dimension sociale plus importante.

Les zones éligibles seront différentes de l’actuel zonage du Scellier et probablement moins vastes pour éviter les dérives.

Parallèlement au parc locatif privé, l’accession à la propriété des plus modestes pourrait aussi bénéficier d’une aide au financement. En revanche, pas de mesure pour aider les locataires en place à acheter leur logement HLM au sein du parc existant. Cela passera plutôt par de nouvelles constructions des bailleurs sociaux destinées dès l’origine à être cédées au bout de dix à quinze ans.

Cette dernière abordera notamment, outre les rapports locatifs, le sujet des agences immobilières, jugées insuffisamment réglementées. Annoncée pour le printemps 2013, la loi risque fort d’être repoussée de quelques mois, faute d’un texte prêt. Reste, pour accroître la construction de logements, à trouver des terrains.

UNE FISCALITE MOINS AVANTAGEUSE

Les particuliers en quête de placement financier ne doivent pas se faire d’illusions : le dispositif fiscal qui remplacera le Scellier début 2013 ne sera pas aussi intéressant que ce dernier.

Et il ne consistera pas en une réduction de l’impôt sur le revenu. Car même si c’est plus intéressant pour les classes moyennes, cela coûte trop cher à l’Etat.

Le gouvernement s’orienterait donc vers un retour à une formule classique et moins onéreuse pour les finances publiques, fonctionnant par imputation de l’avantage fiscal sur le revenu imposable.

Paradoxe, elle favorisera les hauts revenus, souligne-t-on dans les rangs de l’ancienne majorité. L’enjeu, pour le gouvernement, est de calibrer l’avantage fiscal pour éviter un effet inflationniste sur les prix de l’immobilier et qu’il coûte le moins possible à l’Etat tout en encourageant vraiment la construction de logements en zone tendue, donc chère.

 

Source « Les Echos.fr »

{lang: 'fr'}

Le crédit immobilier en 2012: Les taux atteignent des seuils historiquement bas

{lang: 'fr'}

En juillet, près de 60 % des banques ont baissé leurs taux de crédit immobilier sur toutes les durées, et plus de 20 % sur les durées de 20 ans et moins.

Même si quelques banques ont remonté leurs barèmes, le taux moyen sur 20 ans ressort en baisse de 0,10 point à 3,85 %. Dans ce contexte très avantageux, la demande de crédit immobilier se redresse en juin, témoignant d’un moindre attentisme dans la foulée de l’élection présidentielle.

Près de 80 % des banques proposent des taux inférieurs à 4 % sur 20 ans

En juillet, les taux restent globalement orientés à la baisse, même si l’on observe quelques remontées de taux isolées. Plus précisément, parmi les nouveaux barèmes reçus pour juillet, 59 % affichent des baisses de taux de 0,13 % en moyenne, 21 % des baisses sur 15 et 20 ans (stables au-delà) et 14 % des hausses de taux, allant de 0,05 % à 0,30 % notamment pour une banque dont les taux avaient beaucoup baissé ces derniers mois.

Ainsi, près de 80 % des banques proposent désormais des taux inférieurs à 4 % sur 20 ans alors qu’elles n’étaient que 5 % à le faire en janvier 2012. Le taux moyen sur 20 ans s’établit ainsi à 3,85 % ce mois-ci (en baisse de 0,10 point par rapport à juin) contre 4,31 % en janvier.

« En juillet, après un mois de juin marqué par un taux de l’OAT 10 ans tombé à son plus bas niveau historique, les banques ont poursuivi le mouvement de baisse de taux enclenché au début de l’année 2012. La possible baisse du principal taux directeur de la Banque centrale européenne le 5 juillet pourrait permettre aux banques de continuer à se refinancer à moindre coût et proposer ainsi des taux extrêmement favorables aux emprunteurs pendant encore quelques mois » explique Hervé Hatt, directeur général de meilleurtaux.com.

Une demande en progression en juin après plusieurs mois d’attentisme

Après un début d’année marqué par un intérêt certain pour l’immobilier mais un attentisme important des emprunteurs, au 2ème trimestre 2012 la tendance montre des signes de reprise.

{lang: 'fr'}

L’Evolution prix de l’ancien (fin 2011) :

{lang: 'fr'}

Voici un article paru dans les Echos, le 26 Juillet 2012 sur l’évolution du marché de l’immobilier fin 2011

Le ralentissement des prix de l’ancien, à l’oeuvre depuis la fin 2011, cache de fortes disparités. Pour les maisons, comme pour les appartements, quelles sont les villes qui ont le plus monté, ou le plus baissé ?

Le coup de frein n’est pour le moment qu’un léger ralentissement.

Selon les chiffres publiés par les notaires de France et qui couvrent uniquement le premier trimestre 2012, les prix de l’immobilier ont plutôt bien résisté (en variation trimestrielle). Ils baissent mais de seulement 1,6 % pour les appartements anciens et de 1,4 % pour les maisons anciennes.

En rythme annuel (premier trimestre 2011 comparé au premier trimestre 2012), les prix de l’ancien restent à la hausse, mais dans des proportions plutôt modérées. Toutes les régions ne sont bien entendu pas logées à la même enseigne. C’est même le grand écart entre Amiens (environ +10 % sur un an, à la fois pour les appartements et les maisons) et le -13,3 % observé à Nîmes.

Voici les cinq plus fortes hausses observées, et les cinq plus fortes baisses, sur un an, pour les appartements et pour les maisons.

 

Appartements anciens : qui monte, qui baisse  ? (1)
Les plus fortes hausses Les plus fortes baisses
Ville Prix au m2 Evolution sur un an Ville Prix au m2 Evolution sur un an
Amiens 2.300 euros +10,3 % Nîmes 1.670 euros -13,3 %
Limoges 1.360 euros +10,3 % Mulhouse 1.140 euros -12,3 %
Bourges 1.510 euros +8,8 % Reims 2.070 euros -6,7 %
Bayonne 2.710 euros +7,3 % Saint-Etienne 1.220 euros -6,5 %
Paris 8.259 euros +7 % Rouen 2.240 euros -3,2 %
Maisons anciennes : qui monte, qui baisse  ? (1)
Les plus fortes hausses Les plus fortes baisses
Ville Prix d’une maison Evolution sur un an Ville Prix d’une maison Evolution sur un an
Chartres 200.000 euros +13,2 % Montpellier 285.000 euros -6,6 %
Limoges 157.200 euros +11,5 % Grenoble 295.000 euros -5,2 %
Amiens 160.000 euros +9,8 % Metz 171.100 euros -4,9 %
Tours 219.000 euros +8,6 % Rouen 170.000 euros -4,8 %
Lyon 305.500 euros +8,3 % Nantes 236.500 euros -3,5 %

 

(1) Source : Notaires de France / Prix médian du premier trimestre 2012 comparé au premier trimestre 2011

EDOUARD LEDERER
Journaliste Finances persos
{lang: 'fr'}

Les Rencontres parlementaires sur le Logements (Juille 2012- Fédération des Métiers de l’Investissement Locatif)

{lang: 'fr'}

Voici une synthèse des débats lors des Rencontres parlementaires sur le Logement qui se sont tenues hier, et auxquelles la FMIL( Fédération des Métiers de l’Investissement Locatif) participait activement.

En résumé, « Concernant l’investissement locatif, il n’est pas prévu de le supprimer, contrairement à ce qui est dit ici ou là, mais d’y inclure une contrepartie sociale, en échange d’un avantage fiscal. Cette contrepartie passe notamment par une maîtrise du loyer. »
Discours d’ouverture,  extrait:
Manuel Flam
Directeur de cabinet de Cécile Duflot,
ministre de l’Égalité des territoires et du Logement

Cécile Duflot n’a pas pu être présente aujourdʼhui, mais elle sera parmi vous lors des 8es Rencontres parlementaires sur le Logement pour vous présenter le bilan de son action.
L’objectif de 500 000 logements, fixé par le président de la République, est très ambitieux. Pour y parvenir, nous allons devoir mobiliser un ensemble d’outils. En premier lieu, nous avons besoin de terrains, c’est ll’une des raisons pour lesquelles le gouvernement va lancer un plan de mobilisation de foncier sans précédent. La mise à disposition du foncier public sera facilitée et simplifiée, avec une forte décote pour la réalisation de logements sociaux. Outre le foncier public d’État et celui des collectivités locales mobilisé selon un mode contractuel, cette action concerne également le foncier privé pour lequel nous étudions une fiscalité spécifique afin de lutter contre la rétention foncière. Ensuite, pour les droits à construire, des moyens incitatifs puissants pour accompagner les élus bâtisseurs vont être mis en place à court terme. En revanche, nous serons fermes vis-à-vis des élus qui refusent de participer à cet effort.

Notre volonté sur ce point est claire et a été rappelée par le Premier ministre : les obligations de l’article 135 seront renforcées.
Bien entendu, nous avons besoin d’investisseurs intéressés par la pierre. Les bailleurs sociaux joueront un rôle de premier plan et devront réaliser 150 000 logements par an ; cet objectif a été rappelé par le Premier ministre dans son discours de politique générale. À cette fin, nous donnerons aux bailleurs sociaux des moyens renforcés et nous nous montrerons très exigeants quant à la mutualisation optimale sur leurs fonds propres et l’adaptation de l’offre produite aux besoins.

L’investissement des particuliers est également nécessaire, tant pour l’accession à la propriété que pour la constitution d’un patrimoine locatif en prévision du départ en retraite. Toutefois, le logement ne doit pas être réduit à une niche fiscale : des contreparties sociales et des contrôles devront être élaborés avec les mesures d’incitation fiscale en investissement locatif. L’enjeu véritable consiste à inciter les investisseurs institutionnels à revenir sur le marché du logement intermédiaire.
C’est la condition essentielle de la constitution d’un parc locatif privé, pérenne et de qualité.

Le deuxième défi auquel nous sommes confrontés concerne l’habitat écologique. En effet, le bâtiment est le premier secteur de consommation d’énergie en France et l’objectif annoncé par le président de la République et poursuivi par le gouvernement consiste à améliorer les performances thermiques d’un million de logements par an. Dans ce cadre, la ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot, annoncera la mise en place d’un plan national de performance énergétique lors de la conférence environnementale de septembre prochain et présentera ses mécanismes de financement.

Le troisième défi porte sur l’accès au logement, une priorité absolue compte tenu de l’urgence de la situation. Construire 500 000 logements par an est évidemment une nécessité, mais nous devons nous assurer dans le même temps que les Français ont les moyens d’y accéder.

Construire plus et mieux, rénover et améliorer l’existant, rendre abordable le logement qui représente un bien de première nécessité : telle est, en résumé, la feuille de route de la ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot.

Le Premier ministre considère que le secteur du logement constitue le levier essentiel du pouvoir d’achat des Français, celui sur lequel il faut agir pour faire face à la crise.
Les objectifs fixés sont extrêmement ambitieux et le calendrier est très serré : mise en place de l’encadrement des loyers dès juillet, annonce du plan de rénovation thermique des logements dès septembre et, très probablement, adoption d’un plan de mobilisation du foncier public dès octobre.

{lang: 'fr'}

La Baisse de l’immobilier à Paris, c’est fini !! Les prix repartent à la hausse

{lang: 'fr'}

Après une baisse du prix du mètre carré sur la capitale  depuis octobre 2011,  la tendance se renverse !!

En effet, la Chambre des notaires de Paris indique annonce une légère hausse à Paris et une stagnation temporaire sur la région Île-de-France

 

En effet , la Chambre des notaire constate une hausse de 1.5% du mètre carré sur Paris, s’élevant ainsi à près de 8 380€ au mois de Avril 2012. Sur les 12 derniers mois, les professionnels de la profession enregistre une tendance haussière qui réapparait  en affichant une hausse de 6,8% du prix vente des appartements dans Paris.

Néanmoins la profession subit un ralentissement des nombres de transaction de 20% sur le 1er trimestre 2012 et une baisse de 25% pour les ventes dans l’ancien.

La demande reste très élevée sur la région parisienne, mais le marche est confrontée depuis plusieurs mois à un attentisme principalement du aux attentes des principales mesures fiscales et législatives à venir par le nouveau gouvernement. Notamment sur les questions d’encadrement des loyers,  vente à la découpe, quota de logement sociaux.

Dans ce contexte environnemental « fragile », les clients reste à l’écoute du marché mais demeure patient quant à la réalisation de l’acquisition de leur bien.

Aujourd’hui de réelles opérations sont à effectuer avant le 31 Décembre 2012, notamment celles permettant de défiscaliser grâce à la loi Scellier. Ainsi vous pouvez réduire votre imposition et  profitez d’une réduction de 11% du montant de votre bien à but locatif pendant 9 ans.

De nombreux promoteurs essayent de booster le marché en vous offrant les frais de notaires et autres avantages (1500€ offert par pièces, le parking offert,….) en proposant des programmes neufs  pour l’acquisition de votre résidence principale ou pour effectuer un investissement dans un  bien à but locatif

{lang: 'fr'}

Interview du PDG de La Maison de l’investisseur , Stéphane Desquartiers

{lang: 'fr'}

object>

Bonjour à tous

 

Je vous invite à visionner l’interview de Stéphane Desquartiers, PDG de La Maison de l’Investisseur , interviewé  dans l’emission de Guillaume Sommerer, INTEGRALE BOURSE sur BFM TV le 05 Juin 2012.

 

 

{lang: 'fr'}

Comment se prémunir avant de souscrire ?

{lang: 'fr'}

Qui n’a jamais rêvé de devenir propriétaire de son bien ?

C’est en effet le souhait de près de 93% des foyers*en 2012  selon Les Echos.

Être à l’abri du besoin en cas de coup dur, d’accident, de maladie, de décès,…. En ces temps de turbulences  et instabilité de la conjoncture économique, chaque foyer souhaite sécuriser son épargne et effectuer des placements sur pour garantir un patrimoine à ses proches

Pour cela, la protection de votre foyer et de vos biens sont indispensable. Pour les garantir et vous prémunir de ces situations en y faisant face, des assurances existent.

L’assurance habitation :

Elle couvre votre bien immobilier contre différentes causes. En fonction du pack proposé par votre assureur, vous avez la possibilité d’étendre les garanties.  Parmi celles les plus courantes, la couverture des risques contre l’incendie, le dégât des eaux, le cambriolage ; font parties de celles primordiales à souscrire lors de la signature de votre contrat.

Dans le cas de l’achat d’un bien immobilier dans une copropriété, veiller à ce que la résidence ait bien souscrit une assurance pour couvrir les risques dans les parties communes.

Les autres assurances des personnes :

D’autres assurances et couverture supplémentaires sont à la disposition des foyers pour les couvrir des risques éventuels de la vie. L’assurance maladie est en place pour couvrir les frais de soin maladie lorsque les personnes sont malades et se rendent chez le docteur et/ou à l’hôpital. L’assurance maladie ne couvrent pas intégralement certains soins (notamment les frais d’optique, dentaires et prothèses auditives, frais d’hospitalisation,….) qui sont à la charge des foyers et qui pèsent lourd dans le budget des français.  Pour cela de nombreux organismes proposent moyennant un forfait mensuel une mutuelle sante complémentaire permettant de couvrir ses frais et assurer une meilleure qualité des soins  améliorant la qualité de vie de ses assurés.

Se préserver des risques de la vie en se donnant le maximum de chances d’être à l’abri du besoin surtout avant d’acheter son bien immobilier est un élément essentiel à prendre en compte.

 

{lang: 'fr'}

Où est la baisse des prix ?

{lang: 'fr'}

Edito de Stéphane DESQUARTIERS, Président du Groupe La Maison de l’Investisseur

Depuis 2007 on nous annonce une baisse des prix imminente de l’immobilier. A part une légère correction pendant 6 mois en 2008, (due essentiellement aux banques qui ne prêtaient plus et non pas a une baisse de la demande) les prix, loin d’avoir craqué ont continué a augmenter sensiblement ou se sont stabilisés.

 

Et c’est reparti en ce début d’année 2012, mais cette fois c’est « sûr-sûr-sûr » les prix vont baisser…

Nous ne pensons pas que les prix vont baisser parce que la demande n’a jamais été aussi forte pour plusieurs raisons.

 

La sécurisation de leur patrimoine

Les français ont compris depuis l’été dernier que la star des placements, l’assurance vie en « fond Euros » était un support composé en grande partie de « dettes souveraines ». D’ailleurs c’est bien pour « aspirer » l’épargne des français vers un endettement toujours plus important des états européens, qu’autant d’avantages successoraux et fiscaux ont été accordés à ces véhicules.

Nous sommes, chacun l’a bien compris au bout de ce système, et après avoir constaté une baisse des rendements, c’est la sécurité même du capital déposé sur ces produits qui est en cause. Car enfin, pour servir des rendements de 4 ou 5% pendant des années en prêtant aux pays « AAA » a 2%, il faut également (et surtout) prêter à l’Italie ou a l’Espagne a 6% et plus, et ne parlons pas de la Grèce ou les créanciers ont déjà abandonné plus de 100 milliards d’euros !

Nous n’avons jamais vu autant de clients qu’aujourd’hui pousser la porte de nos agences pour transférer une partie de leur valeurs mobilières vers de l’immobilier. Pour sécuriser leur patrimoine, pour pouvoir dormir la nuit, parce que comme le dit très bien Marc Fiorentino :

«Depuis 2008 vous avez compris que tout pourrait un jour s’écrouler, tout. Les banques, les compagnies d’assurances, les États. Vous avez accepté l’idée que le pire est possible. Mais dans ce cas, celui d’un scénario catastrophe, vous voulez au moins AVOIR UN TOIT. L’immobilier c’est le rempart ultime. Si tout s’écroule, la valeur de votre appartement peut s’écrouler mais les murs eux seront toujours là. Ceux qui sont propriétaires respirent mieux aujourd’hui. Les autres sont inquiets. »

 

La rentabilité de leur placement

Signe des temps, connaissez vous le point commun des meilleurs placements depuis 5 ans et 10 ans* ?

Ce sont tous des supports « physiques » et en dehors de l’or (support anti-crise oblige) les 4 autres sont de l’immobilier (Foncières cotées, SCPI, immobilier de bureaux, logements paris)

Bien sûr la pierre représentera toujours la valeur ultime de protection mais certains supports immobiliers sont aussi d’excellentes valeurs de rendement, et cela commence à se voir ! Pensez vous que cela va alimenter une baisse des prix ?

 

 

Une enquête récente place pour la première fois l’immobilier en tête des intentions d ‘épargne en vue de la retraite devant l’assurance-vie, pensez vous que cela va alimenter une baisse des prix ?

La certitude d’une retraite de plus en plus « maigrichonne » pour les quadras d’aujourd’hui rend l’achat de sa résidence principale absolument incontournable, pensez vous que cela va alimenter une baisse des prix ?

Nous pensons pour notre part que les prix vont se stabiliser, au pire corriger de 10% à la baisse pour 2 ou 3 ans avant de repartir au rythme de l’inflation.

Les français croient plus que jamais en l’immobilier (nous avons par exemple enregistré une augmentation de +70% de fréquentation sur notre stand au dernier salon de l’immobilier à Paris) aussi bien pour se loger que pour investir, autant pour sécuriser leur épargne que pour obtenir des rendements satisfaisants, pensez vous que cela va alimenter une baisse des prix ?

 

Alors où est la baisse des prix ?
Vous trouverez toutes les réponses à vos questions sur notre site La Maison de l’investisseur

Stéphane DESQUARTIERS

12 avril 2012

*Source EIEF

{lang: 'fr'}

Investir dans l’immobilier à Paris : un placement tres rentable

{lang: 'fr'}

L’Etude de L’ Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF) vient de publier une étude présentant l’investissement dans l’immobilier parisien comme l’un des placements les plus rentables des 10 dernières années.

L’immobilier parisien se hisse au top des meilleurs rendements et placements habituels devant l’Or, les sociétés civiles et autres livrets,…..

L’étude révèle une rentabilité moyenne de 17,3% des murs parisiens surpasse les autres placements.  Sa rentabilité dépasse de +2 points la performance des bureaux.

Malgré la prévision d’une légère baisse du prix de l’immobilier dans l’ancien en 2012, le prix du mètre carré constaté dans la capitale est estimé à 8 340€.  Sa performance est bien supérieure à celle de l’or qui est rétrogradé à la 3eme place derrière l’immobilier de bureaux.

En ces temps de turbulences et d’instabilité sur les marchés financiers, depuis les 18 derniers mois une forte tendance se confirme:  les placements dans les supports immobiliers physiques  dans le but d’effectuer un placement sécurisé sont en augmentation.

La pierre est la valeur refuge préférée des français.  Les français l’ont bien compris et font le nécessaire pour préserver leur capital.

La Pierre a encore de beaux jours devant elle.

 

 

 

 

{lang: 'fr'}

Le Comparatif des placements sur 5 à 10 ans

{lang: 'fr'}

Les performances indiquées tiennent compte à la fois du rendement et de la valorisation des produits au cours de la période  de référence:

Sur 5 ans, du 1er janvier 2006  au 31 Décembre 2010:

Position:

1. Or                                                 19.8%

2. Immobilier Entreprise 9,7%

3. SCPI                                            8,9%

4. Logement Paris                        8,7%

5. Foncières cotées                      6,9%

6. Bureaux Paris                            5,0%

7. Sicav obligataires                    3,0%

8. Livret A                                        2,5%

9. Sicav Monétaires                     2,3%

10. Inflation                                    1,6%

11. Actions françaises                0,1%

 

Sources IEIF

 

La Maison de l’investisseur se propose de vous présenter les placements les plus performants du marché.

Rendez vous sur notre site La Maison de l’investisseur,nos consultants sont à votre écoute du lundi au samedi de 10h à 19h en agence ou se déplace à votre domicile.

 

{lang: 'fr'}